vendredi 19 juillet 2024

Belles de nuit

 




Fiche synthétique


Synonyme : Merveille du Pérou

Famille Nyctaginacées / Nom scientifique : Mirabilis jalapa

 

Floraison : Juillet à novembre – Fleurs : Rose, rouge, jaune, blanc, mauve

Plante herbacée vivace – Hauteur : 30 à 80 cm

 

Pousse dans les jardins aussi bien que dans les lieux incultes, elle est originaire d’Amérique subtropicale. Introduite en Europe au XVIe siècle. Caractéristique : Ses fleurs s’ouvrent pleinement la nuit et se referment au petit matin. En France, elle disparait en hiver, mais sous les tropiques, elle est pérenne.

 

Bien présentes dans les ruelles Cordaises dans toute la cité.


Photographiée le 14 juillet 2024

jeudi 18 juillet 2024

Gaura de lindheimer

 



Fiche synthétique

Autre nom : Gaura rose

Famille : Onagracées / Nom scientifique : Oenothera lindheimeri

 

Floraison : de Mai à octobre – Fleurs : Rose ou blanche

Plante herbacée vivace – Hauteur : 50 à 150 cm.

 

Oenothera lindheimeri est une plante herbacée vivace atteignant 50–150 cm de haut, avec des tiges ramifiées densément groupées poussant à partir d'une racine pivotante. C’est une plante à port buissonnant formant une touffe arrondie aux tiges florales élancées.

Les feuilles sont finement poilues, lancéolées, de 1-9 cm de long et de 1-13 mm de large, avec une marge grossièrement dentée.

Les fleurs sont produites sur une inflorescence de 10-80 cm de long ; les fleurs sont roses ou blanches, de 2-3 cm de diamètre, avec quatre pétales de 10-15 mm de long spatulées en éventail et de longues étamines. Ces fleurs sont zygomorphes (à symétrie bilatérale) et ne sont pas actinomorphes (à symétrie axiale), contrairement à beaucoup de fleurs d’Oenothera. Elles fleurissent au début du printemps jusqu'au premier gel.

La fleur donne une capsule indéhiscente (Qui ne s'ouvre pas spontanément, à l'époque de la maturité).

Oenothera lindheimeri est couramment cultivée comme plante ornementale. Elle est utilisée dans les parterres de jardin ou les pots pour sa couleur. Elle pousse mieux en plein soleil et peut survivre à de longues périodes de sécheresse. Réputée pour son abondante floraison, elle fleurit sans interruption du mois de mai aux gelées.

Rencontrée au jardin royal à Cordes sur Ciel.


Photographié le 16 juillet 2024

mercredi 17 juillet 2024

Xylocope violacé

 



Fiche synthétique

Autre nom : Abeille charpentière
Ordre : Hyménoptères
Famille : Apidae - Nom scientifique : Xylocopa violacea 

Il s'agit en Europe d'une espèce commune d'abeille charpentière et une des plus grandes espèces d'abeille..

Les adultes, massifs, mesurent jusqu'à trois centimètres et cinq centimètres d'envergure. Le corps, entièrement noir, avec des reflets bleu métallique, est couvert de poils. Les ailes membraneuses sont translucides mais foncées, leur couleur allant du brun-cramoisi au violet. Le mâle se reconnaît par la présence de deux articles oranges à roses près de l'extrémité des antennes.

Après la diapause hivernale, les imagos émergent dès la fin de l'hiver, ce qui fait de cette espèce une des premières abeilles solitaires à redevenir actives au printemps dont elle est une messagère. Leur vol est rapide et très bruyant. Nectarivores, ils butinent principalement sur les légumineuses et les labiées. 

Bien qu'ils ne soient pas xylophages, leurs robustes mandibules leur permettent de construire leur nid dans du bois ; il se compose de plusieurs galeries parallèles débouchant sur une ouverture unique. Ces galeries peuvent contenir des logettes pour le développement des larves : au printemps, quelques dizaines d'œufs y sont pondus (un par logette), et après éclosion, les larves se nourrissent d'un mélange de pollen et de nectar, déposé par la femelle dans chaque logette lors de la ponte. Les larves, blanc cassé, mesurent de deux à trois centimètres.

La femelle possède un dard mais n'est absolument pas agressive. Elle peut piquer si on lui marche accidentellement dessus sans protection, la piqure bien que douloureuse s'estompe rapidement.


Photographié à Cordes sur Ciel, sur des fleurs de délosperme rose, le 16 juillet 2024.

mardi 16 juillet 2024

Orpin de Nice

 



Fiche synthétique

Autre nom : Sedum sédiforme

Famille : Crassulacées / Nom scientifique : Sedum altissimum

 

Floraison : de juin à août – Fleurs : jaune pâle

Plante grasse vivace – Hauteur : 30 à 50 cm.

 

L'Orpin de Nice est une plante succulente, vivace, de 30 à 50 cm de haut, glabre et glauque. La souche sous-ligneuse, donne naissance à des rejets stériles, portant dans leur partie supérieure des feuilles imbriquées sur 5 rangs. Les tiges sont charnues, robustes et dressées.

Les feuilles sessiles, ovales-lancéolées, mucronées, sont très ventrues, crassulescentes. Elles sont d'un gris bleuâtre (glaucescente). Les feuilles caulinaires, sont disposées moins densément sur la partie supérieure de la tige fertile, florifère, dressée (portant l'inflorescence).

L'inflorescence est un corymbe dense, de rameaux arqués portant des fleurs d'un jaune très pâle. Les 5 sépales sont ovales et obtus, et les 5 à 8 pétales sont étalés, de forme lancéolée et obtuse, 2 à 3 fois plus longs que la calice. Les 10 étamines possèdent des filets garnis de poils.

Les fruits sont de petits follicules qui laissent échapper une poussière de graines.

En France, l'Orpin de Nice croît en région méditerranéenne, jusque dans le Lyonnais, la Corrèze, la Vienne. Il se rencontre jusqu'à 1 400 m d'altitude.

C'est une espèce thermophile, poussant sur sols très secs, résultant de l'altération de roches calcaires.

Rencontrée sur les bords des murs secs à Cordes sur Ciel.


Photographié le 16 juillet 2024

lundi 15 juillet 2024

Silène




Fiche synthétique

Autre nom : Circé
Ordre : Lépidoptères
Famille : Nymphalidés - Nom scientifique : Brintesa circe

Le Silène est un grand papillon de couleur marron rayé d'une bande blanc crème submarginale rectiligne, avec un ocelle noir discrètement pupillé de blanc à l'apex des antérieures.

Il est reconnaissable en vol à son dessus brun et à la large bande blanc crème qui traverse les deux ailes. Au sol, il se pose avec les ailes repliées (très mimétique sur écorces, feuilles mortes...).

Le revers des antérieures est marron ocre et le revers des postérieures marbré de marron et de blanc, tous deux rayés d'une bande blanche. Un ocelle noir discrètement pupillé de blanc à l'apex des antérieures est bien visible sur le dessus comme sur le revers.

le Silène vole en une génération de début juin à mi-septembre.

C'est la jeune chenille qui hiberne, dans une loge souterraine

Les plantes hôtes de la chenille sont diverses poacées.

Le Silène est présent dans la majorité des départements de la France métropolitaine, il n'est absent que des départements de Bretagne et du littoral de la Manche et de la mer du Nord et de leurs départements limitrophes, tout le Nord, Île de France incluse


Photographié le 14 juillet 2024 à Cordes sur Ciel.

dimanche 14 juillet 2024

Buddleia de David


Fiche synthétique

Autre nom : Buddleia du père David

Famille : Scrophulariacées / Nom scientifique : Buddleja Davidii

 

Floraison : Mai à octobre – Fleurs : mauve

Arbuste à feuilles caduques – Hauteur : 0,5 à 5 m.

 

L’espèce naturelle est en Chine, un arbuste de 0,5 à 5 m de hauteur, aux tiges presque quadrangulaires. Les jeunes rameaux sont blanchâtres à pubescence à poils étoilés.

Les feuilles sont caduques ou semi-caduques (elles persistent longtemps en hiver, et l'arbrisseau peut rester seulement quelques semaines défeuillé), opposées, vertes ou grisâtes.

Les inflorescences sont terminales, apparemment racémeuse ou cymes thyrsoïdes, de 4–30 cm de long sur 2–5 cm de diamètre. La fleur 4-mère est formée d’un calice campanulé de 2–3,5 mm à 4 lobes étroitement triangulaires, d’une corolle formée d’un tube étroitement cylindrique de 6–12 mm, évasé à l’extrémité en quatre lobes, de couleur violette lilas à gorge jaune orange, de 4 étamines insérées au milieu à près de la base du tube de la corolle, à anthères oblongues, de 0,8 à 1,2 mm et ovaire ovoïde. Les fleurs sont très agréablement parfumées, certaines personnes peuvent cependant trouver l'odeur nauséabonde, notamment en fin de floraison. 

Le fruit est une capsule brune de 2 à 4 mm de long, aux longues ailes aux extrémités.

L’arbuste a une durée de vie assez courte (quelques décennies, l'âge le plus élevé enregistré est de 37 ans, ce qui n'exclut pas l'existence d'arbres plus âgés). 

Dans son milieu originel, le buddleia de David pousse dans les fourrés arbustifs en milieu montagneux, en Chine.

Il se rencontre sur de nombreux types de sols, mais préfère cependant les sols secs, drainés, pauvres en matière organique et ensoleillés.

Il a été introduit comme plante ornementale dans de nombreuses régions tempérées, hors de Chine. Il a alors une tendance à s’échapper des jardins et à se naturaliser.

Il pousse sur les friches (friches urbaines et friches industrielles éventuellement polluées) et en bordure des routes où il résiste aux taux ambiants d'ozone


Photographié à Cordes sur Ciel les 14 juillet 2024.

samedi 13 juillet 2024

Lucilie soyeuse


Fiche synthétique

Autre nom : Mouche verte
Ordre : Diptères
Famille : Calliphoridés - Nom scientifique : Lucilia sericata

C'est une mouche relativement commune dans la plupart des régions du monde. La larve de cette mouche joue un rôle important pour l’élimination des cadavres.

Les adultes sont pollinisateurs de fleurs qui les attirent par leur odeur de charogne, dont la papaye.

Taille : 10 à 14 mm de longueur, soit légèrement plus grande que la mouche domestique.

Elle se signale par une coloration brillante, métallique, bleu-vert ou vert-or avec des taches noires. Les ailes sont claires, avec des nervures brun pâle. Les pattes et les antennes sont noires.

Les œufs de teinte jaune ou blanche sont pondus en paquets d’une vingtaine, dans les blessures d’un animal, la viande, une carcasse, un excrément ou un tissu nécrosé.

La larve est un asticot jaune pâle ou grisâtre-blanc qui atteint 10 à 14 mm de long, capable de manger les tissus animaux nécrosés, se développe en deux à dix jours (selon la température), avant de s’enfouir dans le sol pour évoluer en une pupe d’où l'imago émergera. Par temps froid, les pupes et les adultes cessent toute activité (hibernation) en attendant des conditions plus clémentes.

Des larves stériles de cet insecte sont utilisées par certains hôpitaux en asticothérapie et en médecines traditionnelles, pour nettoyer les plaies et éviter les infections. Elles semblent notamment capables d'éliminer le staphylocoque doré.


Photographié le 28 juin 2019 à Cordes sur Ciel.

vendredi 12 juillet 2024

Ancolie commune

 

 

    

Fiche synthétique


Famille : renonculacées / Nom scientifique : Aquilegia vulgaris

 

Floraison : Mai à juillet – Fleurs : Bleu mauve, blanche

Plante herbacée vivace – Hauteur : Jusqu'à 70 cm.

 

Plante vivace au feuillage vert glauque, trifolié, semi-persistant. Belles fleurs bleu violet à éperons portées par de grandes tiges partant du sol.


Aquilegia vient du latin aquila, un aigle en référence aux élégants et curieux éperons recourbés dominant la fleur. Ce genre de la famille des Ranunculaceae, comme la renoncule, regroupe environ 70 espèces de plantes vivaces répandues dans les prairies, les bois clairs et les régions montagneuses de l'hémisphère nord. Elles forment une touffe à racines fibreuses.

Leurs feuilles vert bleuté, souvent glauque et légèrement pruineux dans leur jeunesse et divisées en deux ou trois lobes profonds caractéristiques. Certaines feuilles dites caulinaires entourent la tige sous la hampe florale.


Chaque fleur, véritable petite merveille de la nature, est constituée d'un corolle centrale de cinq pétales surmontés d'éperons recourbés parfois très longs, portant des glandes nectarifères à leurs extrémités. Au-dessus de cette corolle, cinq sépales ouverts vers l'extérieur, souvent diversement colorés, donnent à la fleur une allure sophistiquée et charmante. De nombreux bouquets de 5 étamines dorées dépassent généralement de la corolle.

Ces fleurs sont portées sur des hampes feuillues bien dressées, ramifiées et s'épanouissent en clochettes solitaires ou regroupées en panicules courtes.

Les ancolies poussent naturellement en lisière de sous-bois en exposition mi-ombre.

Présente à Milhars (Tarn) dans la vallée du Bonnan.


Photographiée le 12 Juin 2021

jeudi 11 juillet 2024

Ne pas les confondre...

 


Ces quatre types d'insectes ont des similitudes de couleurs, mais ils sont bien différents les uns des autres...
Trois d'entre eux sont des Hémiptères :
- Le Pyrrhocore (ou gendarme)
- La punaise rouge du chou
- La punaise écuyère.

Le quatrième est un coléoptère :
- Le trichode des ruches.

mercredi 10 juillet 2024

Machaon


Fiche synthétique

Autre nom : Grand porte queue
Ordre : Lépidoptères
Famille : Papilionidés - Nom scientifique : Papilio machaon

L'imago du Machaon est un grand papillon de forme vaguement triangulaire possédant une queue, d'une envergure de 55 à 90 mm et reconnaissable à ses grands vols planés. Il bat des ailes 300 fois par minute, soit à peine 5 fois à la seconde.

Les ailes ont un fond jaune clair. Elles présentent des dessins noirs et une bordure noire ornée de macules bleues et une macule rouge à l'aile postérieure.

Les oeufs sont pondus isolément sur les feuilles d'une plante nourricière (ombellifère). Au cours du temps, les œufs, de couleur jaune, grossissent, brunissent puis noircissent, à l’image des futures chenilles. L'éclosion s'effectue environ une semaine après la ponte. Le développement larvaire dure à peu près un mois.

La chenille du Machaon a une activité diurne ; elle est visible de mai à juillet puis d'août à octobre. Quand on l'inquiète, elle fait saillir son osmeterium orangé (glande odorante qui éloigne les prédateurs). Pour éclore, la chenille commence à manger l’enveloppe de l’œuf depuis l’intérieur. Après éclosion, la chenille, mesurant quelques millimètres, finit de manger le reste de l’œuf, riche en éléments nutritifs. En grandissant, une tache blanche apparaît au centre du corps de la larve. De plus, des appendices, formant de nombreux piquants se développent. Autour de ceux-ci, des taches orange apparaissent. Puis les piques et la tache blanche rétrécissent. Elle grandit jusqu’à mesurer plus de 4 cm et verdit plus ou moins en fonction des individus.

Tout au long de ce stade larvaire, le Machaon grossit en se nourrissant de sa plante hôte et effectue plusieurs mues.

La chrysalide est entourée d'une ceinture de soie et fixée à la base par le cremaster. Selon les saisons, le stade nymphal dure trois semaines ou tout l'hiver. Les imagos peuvent s'observer de mars à septembre.

Le Machaon est généralement multivoltin : il vole et se reproduit de fin mars à septembre et deux ou trois générations se succèdent pendant cette période

Le Machaon fréquente des habitats ouverts variés, en faible densité, et a une tendance dispersive, à la limite de la migration. On le trouve surtout dans des sites humides en Europe du Nord, dans des lieux herbus secs ou humides en Europe médiane, et en Europe méditerranéenne dans tout habitat où poussent ses plantes-hôtes (ombellifère). À basse altitude, il se reproduit dans les friches, prairies fleuries et aux abords des cultures, mais on le rencontre souvent entre 1 000 et 2 000 m du fait de sa tendance dispersive, et parfois jusqu'à 3 000 m.


Photographié le 09 juillet 2024 à Cordes sur Ciel.